Le masque en ville : à pied oui, à vélo non

L’association Place au vélo relève que l’arrêté préfectoral du 13 août, rendant obligatoire le port du masque pour « les personnes de 11 ans et plus » dans le centre ville d’Angers, 
http://www.maine-et-loire.gouv.fr/IMG/pdf/200813_arrete_port_du_masque_cv_angers-2.pdf
ne fait pas mention de cette obligation pour les cyclistes, contrairement au message mis en ligne sur le site de la préfecture, qui extrapole donc le texte officiel.
Cette contradiction nous a amenés à demander ce mardi au préfet de reconsidérer les termes du message mis en avant sur le site, et de s’en tenir au texte de l’arrêté qu’il a lui-même publié, donc sans inclure les cyclistes dans l’obligation du port du masque. A l’appui de notre demande, nous lui avons exposé deux arguments :
– le fait de rouler à vélo répond déjà en soi à l’exigence de distanciation physique, étant entendu que le cycliste met son masque dès qu’il redevient piéton
– l’effort physique avec un masque pose un sérieux problème de ventilation pour monter de nombreuses voies en pente comme la rue Baudrière ou la rue du Mail.
Il serait particulièrement regrettable que la contrainte du masque incite l’usager du vélo à préférer la voiture, source de pollution aggravant les affections respiratoires, dont fait partie la Covid-19.
On note par ailleurs qu’une réglementation plus lisible peut très bien être mise en place : Nancy parle des « piétons de 11 ans et plus », la préfecture de Mayenne accorde une dérogation aux pratiques sportives, Paris fait le distinguo entre cycliste roulant et cycliste à l’arrêt, etc.
Nous souhaitons que toute ambiguïté soit levée au plus tôt, afin que circuler à vélo dans le centre d’Angers ne soit pas considéré comme un obstacle à la santé publique, mais bien un atout !